Qu’est-ce que l’intervention assistée avec des animaux de compagnie, ou IAA ?

Les êtres humains ont depuis toujours tissé des liens affectifs avec les animaux. Edward O. Wilson, un biologiste américain, a développé la théorie de la biophilie qui suggère que les humains ressentent une affinité innée pour tous les êtres vivants et la nature. Et si l’on réfléchit aux effets sur l’être humain d’avoir un animal. Il n’est pas surprenant que nous soyons totalement d’accord avec la théorie de M. Edward O. Wilson. Ils sont capables de nous faire sentir mieux, de nous aider, de nous arracher un sourire et même d’intervenir dans des traitements cliniques.

L’Intervention assistée avec animaux de compagnie (IAA) : interventions pendant lesquelles un animal fait partie du traitement dans le but direct de promouvoir l’amélioration des fonctions physiques, sociales, émotionnelles et cognitives. Elles doivent toujours être dirigées par des professionnels de la santé ou du dressage.

Il est essentiel de les adapter aux besoins des utilisateurs en établissant des objectifs spécifiques pour chaque cas, et il faut savoir travailler en équipe avec des psychologues, des éducateurs, des orthophonistes ou un professionnel requis par le collectif. La mise en œuvre de ces interventions requiert le travail d’une équipe interdisciplinaire où tout le monde travaille de la même manière pour atteindre l’objectif fixé. La présence d’un professionnel expert dans le secteur socio-sanitaire ou de l’éducation, d’un technicien de la thérapie assistée avec des animaux, et d’un animal, est indispensable.

La majorité des animaux utilisés sont des chiens et des chats avec des caractéristiques spécifiques et formés à cet effet, ils deviennent ainsi des assistants ou des « co-thérapeutes » .

On connaît bien les implications qui existent dans la relation homme–animal et la multitude de bienfaits lorsqu’on intègre des animaux aux protocoles des centres dédiés au traitement des malades mentaux, ou dans des programmes éducatifs pour des secteurs nécessitant une aide particulière, comme la population carcérale, les personnes âgées seules dans des maisons de retraite, ou les enfants avec des besoins particuliers.

Les dernières recherches montrent que la présence d’animaux de compagnie est associée à un sentiment de tranquillité et de détente ainsi qu’à la réduction de la fréquence cardiaque ou de la pression artérielle. Le fait d’avoir des animaux de compagnie est également associé à une plus grande interaction sociale, agissant apparemment comme des catalyseurs sociaux dans divers environnements, de manière individuelle ou en groupe.

Il est important de noter que nous ne voulons pas remplacer les thérapies cliniques, mais les compléter. Malgré la quantité de références historiques sur ce type de thérapies associées à de nombreuses pathologies cliniques, il s’agit encore d’une pratique peu utilisée.

Les recherches évoluent de manière significative et nous sommes sur la bonne voie pour continuer à développer les thérapies, améliorer les relations homme–animal et le pont existant créé par l’animal entre le thérapeute et son patient.